Sciences de la Vie et de la Terre

Sommaire

Cet article donne {{le cadre et les modalités de l’épreuve du Grand Oral, explicite les indicateurs d’évaluation et des pistes de réflexion pour former les élèves}}. {{{Les objectifs de l'épreuve du « Grand oral »}}} Cette épreuve permet au candidat : -* de montrer sa {{capacité à prendre la parole en public de façon claire et convaincante}} ; -* {{d'utiliser les connaissances}} liées à ses spécialités pour {{démontrer ses compétences argumentatives}}, ainsi que la {{maturité de son projet de poursuite d'études}}, voire de {{son projet professionnel}}. Il s’agit de mettre en œuvre un {{projet individuel}} qui est communiqué par un {{discours personnel et informé}}. {{{Le format du Grand oral}}} Les caractéristiques de l’épreuve sont : -* Épreuve orale -* Coefficient : 10 (pour la voie générale) -* Durée : 20 minutes -* Temps de préparation de la question présentée et choisie par le jury : 20 minutes Cette épreuve se déroule en 3 temps : -* Temps 1 - {{Présentation d'une question}} (choisie par le jury à partir de 2 propositions du candidat) Durée : 5 minutes -** L'exposé du candidat se fait sans note et debout. -** Le candidat explique pourquoi il a choisi de préparer cette question pendant sa formation, puis il la développe et y répond. -* Temps 2 - E{{change avec le candidat}} Durée : 10 minutes -** Le jury interroge le candidat pour l'amener à préciser et à approfondir sa pensée. -** Il peut interroger le candidat sur toute partie du programme du cycle terminal de ses enseignements de spécialité et évaluer ainsi la solidité des connaissances et les compétences argumentatives du candidat. -* Temps 3 - {{Echange sur le projet d'orientation du candidat }} Durée : 5 minutes -** Le candidat explique en quoi la question traitée éclaire son projet de poursuite d'études, voire son projet professionnel. Il montre en quoi ses choix d’orientation et de formation viennent nourrir son projet professionnel. A noter : [Une foire aux questions est disponible en cliquant sur ce lien->https://eduscol.education.fr/729/presentation-du-grand-oral]. {{Des réponses à de nouvelles questions y sont rédigées régulièrement.}} {{{Les indicateurs d’évaluation}}} Différents champs sont évalués au cours du Grand Oral : -* {{La solidité des connaissances du candidat }} ; -* Sa capacité à {{argumenter et à mettre en relation les savoirs}} ; -* Son {{esprit critique}} ; -* La {{précision de son expression, la clarté de son propos}} ; -* Son {{engagement dans sa parole, sa force de conviction}}. {{Cette évaluation s’appuie sur différents critères}} : -* La qualité de la prise de parole ; -* La qualité de l’interaction ; -* La qualité des connaissances ; -* La qualité de l’argumentation. Annexe 1 des notes de service du Bulletin officiel spécial n° 2 du 13 février 2020 : [NOR : MENE2002780N - Note de service n° 2020-036 du 11-2-2020 ->https://www.education.gouv.fr/bo/20/Special2/MENE2002780N.htm?cid_bo=149115] {{{Former les élèves}}} Afin de former les élèves au mieux à l’épreuve du Grand Oral, il convient de {{travailler au quotidien dans la classe les compétences de l’oralité}}, afin de {{travailler la posture}}, la {{prise de parole}}, la {{clarté du propos}}, la {{précision du vocabulaire utilisé}}, {{l’engagement dans la parole}}, mais aussi la {{gestion du stress}}. {Par exemple, le professeur peut ritualiser un temps appelé « les 5 minutes de l’orateur » qui consiste en une prise de parole en continu d’un élève. L’élève a pour objectif d’exposer en 5 minutes la démarche entreprise au cours des activités, effectués à la séance précédente pour résoudre le problème ciblé en argumentant les choix (ceci permettra dans le même temps de faire la correction des travaux pratiques). Dans un second temps, les autres élèves posent des questions à l’orateur qui y répond en interaction}. {Tous les élèves de la classe ont connaissance du calendrier et de la date à laquelle chacun passe pour s’y préparer. Ils ont à disposition les critères de réussite / d’évaluation. L’orateur s’auto-évalue après sa prestation et confronte son évaluation avec l’évaluation formative du professeur}. {{Les réussites sont identifiées}}, ainsi que les {{pistes de progression}}. Il s’agit ainsi d’une {{évaluation positive et constructive.}} Ce même travail peut être effectué au cours du travail de l’étape 1 relatives aux ECE ou au cours de toute autre activité où la production demandée est une communication orale. Les élèves peuvent travailler en groupe en prenant le rôle de l’orateur ou des interlocuteurs, successivement, ou en utilisant un outil numérique pour s’enregistrer et mettre à disposition la production au professeur. {{Ce que signifie argumenter, est également à travailler avec les élèves}}. Argumenter, c’est utiliser des données pour étayer un propos, une affirmation. Ces données sont des preuves. Dans ce cas, quand on argumente, on expose des arguments sélectionnés avec ses connaissances. {{Argumenter en Science, c’est donc trouver des arguments scientifiquement corrects et pertinents}} permettant {{d’attester ou non une affirmation}} (qui est souvent une hypothèse dans notre enseignement) e{{n lien avec un problème scientifique}}. L{{es arguments scientifiques peuvent être de différents types}} : des faits, des observations, des résultats d’expériences, des exemples. Ils peuvent être également, dans le cas du Grand Oral qui renvoie à un questionnement souvent large, un savoir scientifique (la notion) lui-même. Travailler l’argumentation oblige ainsi à {{réfléchir au choix des arguments }} (leur pertinence, leur scientificité), {{à la maîtrise et la richesse des connaissances apportées, à leur importance, à leur ordre, à leur logique et à l’exercice de l’esprit critique}}. Exercer {{l'esprit critique}}, c’est remettre en cause, douter, chercher la légitimité, le fondement. C’est une posture intellectuelle que les élèves doivent adopter au cours de leur formation. {{{Le choix de la question traitée et les étapes de la préparation}}} Les 2 spécialités suivies en Terminale sont représentées dans ces 2 questions : une question peut porter sur une des spécialités ou sur les 2 spécialités de façon transversale. Le choix des 2 questions est très important puisqu’elles constitueront la colonne vertébrale de la prestation orale. La préparation du contenu de la prestation peut s’effectuer en groupe. La prestation orale est en revanche individuelle. Pour cela : -# {{Inviter les élèves à partir de leurs expériences, de leurs centres d’intérêt}}, du stage de découverte réalisé en 3ème, des activités extrascolaires. Par exemple, sur une pratique sportive, l’élève peut se demander quel aspect de cette pratique peut constituer un sujet de Grand Oral. -# {{Faire le lien avec le programme d’un des 2 enseignements de spécialité ou avec les 2}}. Notez que {{c’est le programme de cycle terminal (1ère et Tale) qui peut être interrogé}}. Si nous reprenons l’exemple de la pratique sportive, le lien peut être effectué sur la partie de génétique ou encore sur la partie « Corps humain et santé ». {{Un point de vigilance}} : éviter que les élèves partent du programme. Leur sujet ne sera pas personnel ce qui posera des difficultés pour la construction du contenu de la prestation. Les élèves auront plus de mal à argumenter, à s’engager dans la parole et à être convaincant. -# {{Faire le lien avec le parcours et les souhaits d’orientation}} en réfléchissant à comment les savoirs et les compétences acquises dans les enseignements de spécialité ont nourri le projet de poursuite d’étude. Les élèves peuvent avoir des doutes, des questionnements par rapport à ce projet. Il sera alors important de les formuler et de montrer les étapes du cheminement. Une fois que le choix des 2 questions est effectué : -* L’élève identifie les arguments pertinents et construit son argumentation en produisant un écrit ; -* Il s’entraîne à l’oral en continu seul en s’auto-évaluant (en enregistrant sa prestation par exemple), ou en binôme en co-évaluation, ou devant le groupe classe. {{{La planification de la préparation}}} Il est important de ne pas oublier que les élèves ne partent pas de rien, puisqu’ils ont déjà préparé l’oral du DNB, ainsi que l’oral de Français en Première. {{{Les préconisations - conseils}}} -* Définir cette préparation comme un {{travail personnel}} où la {{motivation et l’engagement}} sont essentiels. -* {{L’entraînement à l’oral doit être systématique dans tous les enseignements}} : toute situation d’apprentissage peut être l’occasion. Une coopération des enseignants est essentielle. -* {{Ne pas attendre que la thématique soit traitée en classe}}, afin de permettre la maturation du projet. -* Comme pour tout autre apprentissage, {{les attendus d’évaluation de l’oral sont connus des élèves}}, {{explicités}} (critères de réussite) afin de permettre une auto et/ou une co-évaluation (identification des réussites et des pistes de progression par l’élève). -* {{Privilégier le travail collaboratif }} au sein de la classe pour l’identification des arguments et pour l’évaluation des moments d’oralisation. -* {{Planifier des moments d’accompagnement en classe réguliers}} concernant le choix des questions en relation avec la poursuite d’étude, la pertinence du choix des arguments, la construction de l’argumentaire, la qualité de la prestation orale. {{{S’auto-former sur le Grand Oral }}} Pour rappel : un parcours d'autoformation est {{destiné à tous les professeurs}}. [Les précisions se trouvent en cliquant sur ce lien->386]. {{{Pour télécharger l'article dans sa totalité}}} {A noter} : {{une ressource intéressante à utiliser en classe : Vidéo Lumni pour préparer l’oral }} : [ ->https://www.lumni.fr/video/je-respire#containerType=program&containerSlug=les-petits-tutos-du-grand-oral ]

Former les élèves au Grand Oral

Apprendre à s’exprimer, argumenter à l’oral, écouter, sont des compétences indispensables dans la vie professionnelle et personnelle. Ainsi la mise en place du Grand oral en fin de cycle Terminal donne une opportunité à chaque élève de travailler la prise de parole tout au long de sa formation, mais également de mûrir son projet de poursuite d’étude en faisant des choix tout en sachant les présenter et les expliciter.

Cet article donne le cadre et les modalités de l’épreuve du Grand Oral, explicite les indicateurs d’évaluation et des pistes de réflexion pour former les élèves.

 Les objectifs de l’épreuve du « Grand oral »

Cette épreuve permet au candidat :

  • de montrer sa capacité à prendre la parole en public de façon claire et convaincante ;
  • d’utiliser les connaissances liées à ses spécialités pour démontrer ses compétences argumentatives, ainsi que la maturité de son projet de poursuite d’études, voire de son projet professionnel.

Il s’agit de mettre en œuvre un projet individuel qui est communiqué par un discours personnel et informé.

 Le format du Grand oral

Les caractéristiques de l’épreuve sont :

  • Épreuve orale
  • Coefficient : 10 (pour la voie générale)
  • Durée : 20 minutes
  • Temps de préparation de la question présentée et choisie par le jury : 20 minutes

Cette épreuve se déroule en 3 temps :

  • Temps 1 - Présentation d’une question (choisie par le jury à partir de 2 propositions du candidat)
    Durée : 5 minutes
    • L’exposé du candidat se fait sans note et debout.
    • Le candidat explique pourquoi il a choisi de préparer cette question pendant sa formation, puis il la développe et y répond.
  • Temps 2 - Echange avec le candidat
    Durée : 10 minutes
    • Le jury interroge le candidat pour l’amener à préciser et à approfondir sa pensée.
    • Il peut interroger le candidat sur toute partie du programme du cycle terminal de ses enseignements de spécialité et évaluer ainsi la solidité des connaissances et les compétences argumentatives du candidat.
  • Temps 3 - Echange sur le projet d’orientation du candidat
    Durée : 5 minutes
    • Le candidat explique en quoi la question traitée éclaire son projet de poursuite d’études, voire son projet professionnel. Il montre en quoi ses choix d’orientation et de formation viennent nourrir son projet professionnel.

A noter : Une foire aux questions est disponible en cliquant sur ce lien.

Des réponses à de nouvelles questions y sont rédigées régulièrement.

 Les indicateurs d’évaluation

Différents champs sont évalués au cours du Grand Oral :

  • La solidité des connaissances du candidat  ;
  • Sa capacité à argumenter et à mettre en relation les savoirs ;
  • Son esprit critique ;
  • La précision de son expression, la clarté de son propos ;
  • Son engagement dans sa parole, sa force de conviction.

Cette évaluation s’appuie sur différents critères :

  • La qualité de la prise de parole ;
  • La qualité de l’interaction ;
  • La qualité des connaissances ;
  • La qualité de l’argumentation.

Annexe 1 des notes de service du Bulletin officiel spécial n° 2 du 13 février 2020 : NOR : MENE2002780N - Note de service n° 2020-036 du 11-2-2020

format PDF - 411.4 ko

 Former les élèves

Afin de former les élèves au mieux à l’épreuve du Grand Oral, il convient de travailler au quotidien dans la classe les compétences de l’oralité, afin de travailler la posture, la prise de parole, la clarté du propos, la précision du vocabulaire utilisé, l’engagement dans la parole, mais aussi la gestion du stress. Par exemple, le professeur peut ritualiser un temps appelé « les 5 minutes de l’orateur » qui consiste en une prise de parole en continu d’un élève. L’élève a pour objectif d’exposer en 5 minutes la démarche entreprise au cours des activités, effectués à la séance précédente pour résoudre le problème ciblé en argumentant les choix (ceci permettra dans le même temps de faire la correction des travaux pratiques). Dans un second temps, les autres élèves posent des questions à l’orateur qui y répond en interaction.

Tous les élèves de la classe ont connaissance du calendrier et de la date à laquelle chacun passe pour s’y préparer. Ils ont à disposition les critères de réussite / d’évaluation. L’orateur s’auto-évalue après sa prestation et confronte son évaluation avec l’évaluation formative du professeur. Les réussites sont identifiées, ainsi que les pistes de progression. Il s’agit ainsi d’une évaluation positive et constructive.

Ce même travail peut être effectué au cours du travail de l’étape 1 relatives aux ECE ou au cours de toute autre activité où la production demandée est une communication orale. Les élèves peuvent travailler en groupe en prenant le rôle de l’orateur ou des interlocuteurs, successivement, ou en utilisant un outil numérique pour s’enregistrer et mettre à disposition la production au professeur.

Ce que signifie argumenter, est également à travailler avec les élèves. Argumenter, c’est utiliser des données pour étayer un propos, une affirmation. Ces données sont des preuves. Dans ce cas, quand on argumente, on expose des arguments sélectionnés avec ses connaissances. Argumenter en Science, c’est donc trouver des arguments scientifiquement corrects et pertinents permettant d’attester ou non une affirmation (qui est souvent une hypothèse dans notre enseignement) en lien avec un problème scientifique. Les arguments scientifiques peuvent être de différents types : des faits, des observations, des résultats d’expériences, des exemples. Ils peuvent être également, dans le cas du Grand Oral qui renvoie à un questionnement souvent large, un savoir scientifique (la notion) lui-même.

Travailler l’argumentation oblige ainsi à réfléchir au choix des arguments (leur pertinence, leur scientificité), à la maîtrise et la richesse des connaissances apportées, à leur importance, à leur ordre, à leur logique et à l’exercice de l’esprit critique.

Exercer l’esprit critique, c’est remettre en cause, douter, chercher la légitimité, le fondement. C’est une posture intellectuelle que les élèves doivent adopter au cours de leur formation.

 Le choix de la question traitée et les étapes de la préparation

Les 2 spécialités suivies en Terminale sont représentées dans ces 2 questions : une question peut porter sur une des spécialités ou sur les 2 spécialités de façon transversale.
Le choix des 2 questions est très important puisqu’elles constitueront la colonne vertébrale de la prestation orale. La préparation du contenu de la prestation peut s’effectuer en groupe. La prestation orale est en revanche individuelle.

Pour cela :

  1. Inviter les élèves à partir de leurs expériences, de leurs centres d’intérêt, du stage de découverte réalisé en 3ème, des activités extrascolaires. Par exemple, sur une pratique sportive, l’élève peut se demander quel
    aspect de cette pratique peut constituer un sujet de Grand Oral.
  2. Faire le lien avec le programme d’un des 2 enseignements de spécialité ou avec les 2. Notez que c’est le programme de cycle terminal (1ère et Tale) qui peut être interrogé. Si nous reprenons l’exemple de la pratique sportive, le lien peut être effectué sur la partie de génétique ou encore sur la partie « Corps humain et santé ». Un point de vigilance : éviter que les élèves partent du programme. Leur sujet ne sera pas personnel ce qui posera des difficultés pour la construction du contenu de la prestation. Les élèves auront plus de mal à argumenter, à s’engager dans la parole et à être convaincant.
  3. Faire le lien avec le parcours et les souhaits d’orientation en réfléchissant à comment les savoirs et les compétences acquises dans les enseignements de spécialité ont nourri le projet de poursuite d’étude. Les élèves peuvent avoir des doutes, des questionnements par rapport à ce projet. Il sera alors important de les formuler et de montrer les étapes du cheminement.
Exemples de questions liées à l'enseignement de SVT {PNG}
Exemples de questions liées à l’enseignement de SVT

Une fois que le choix des 2 questions est effectué :

  • L’élève identifie les arguments pertinents et construit son argumentation en produisant un écrit ;
  • Il s’entraîne à l’oral en continu seul en s’auto-évaluant (en enregistrant sa prestation par exemple), ou en binôme en co-évaluation, ou devant le groupe classe.

 La planification de la préparation

Il est important de ne pas oublier que les élèves ne partent pas de rien, puisqu’ils ont déjà préparé l’oral du DNB, ainsi que l’oral de Français en Première.

La planification de la préparation {JPEG}
La planification de la préparation

 Les préconisations - conseils

  • Définir cette préparation comme un travail personnel où la motivation et l’engagement sont essentiels.
  • L’entraînement à l’oral doit être systématique dans tous les enseignements : toute situation
    d’apprentissage peut être l’occasion. Une coopération des enseignants est essentielle.
  • Ne pas attendre que la thématique soit traitée en classe, afin de permettre la maturation du projet.
  • Comme pour tout autre apprentissage, les attendus d’évaluation de l’oral sont connus des élèves, explicités (critères de réussite) afin de permettre une auto et/ou une co-évaluation (identification des réussites et des pistes de progression par l’élève).
  • Privilégier le travail collaboratif au sein de la classe pour l’identification des arguments et pour l’évaluation
    des moments d’oralisation.
  • Planifier des moments d’accompagnement en classe réguliers concernant le choix des questions en relation avec la poursuite d’étude, la pertinence du choix des arguments, la construction de l’argumentaire, la qualité de la prestation orale.

 S’auto-former sur le Grand Oral

Pour rappel : un parcours d’autoformation est destiné à tous les professeurs. Les précisions se trouvent en cliquant sur ce lien.

 Pour télécharger l’article dans sa totalité

format PDF - 908.4 ko

A noter : une ressource intéressante à utiliser en classe :
Vidéo Lumni pour préparer l’oral
 : https://www.lumni.fr/video/je-respire#containerType=program&containerSl...

Mise à jour : 21 janvier 2021